Santé

Mozambique: l’Unicef en guerre contre le choléra

L’Unicef a annoncé avoir délivré près de 900 000 doses de vaccin aux autorités sanitaires mozambicaines en proie à l’épidémie de choléra suite au passage du cyclone Idai.

L’agence des Nations unies pour l’enfance (Unicef) a affirmé que près de 900 000 doses de vaccin contre le choléra sont arrivées dans la ville portuaire mozambicaine de Beira pour aider à contenir l’épidémie de choléra qui a éclaté à la suite du cyclone Idai, a rapporté BBC. Cette livraison vient à coup sûr, soulager un temps soit peu, le calvaire des autorités sanitaires qui pourront procéder incessamment à une campagne de vaccination massive. Depuis le début de l’épidémie, plus de 1000 cas ont été détectés dont la plupart se trouve à Beira, indique le site anglais. Une personne serait même déjà emporté par la pandémie. « Les équipes humanitaires agissent rapidement pour sensibiliser les communautés aux symptômes et aux méthodes de prévention », a expliqué l’Unicef.

Le choléra se transmet par l’eau contaminée ou les déchets tels que les excréments mais le risque pour une contamination majeure provient des sources d’eau potable existantes, qui ont été endommagées par les inondations. Aussi,  les règles élémentaires d’hygiènes doivent être scrupuleusement respectées pour éviter la propagation de la pandémie. « Ce vaccin contre le choléra doit être considéré comme complémentaire aux mesures d’hygiène individuelles et collectives », a expliqué Ilesh Jani, directeur de l’Institut national de santé du Mozambique. Les gens devraient essayer de ne boire que de l’eau propre, conseille-t-il, ajoutant que « le ministère de la santé et ses partenaires ont distribué de l’eau pure et des purificateurs d’eau dans les communautés ».

p0740nbh

D’après BBC, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a contribué à la création de sept centres de traitement du choléra au Mozambique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer